Le cycle menstruel : retrouver son pouvoir

Le cycle menstruel : retrouver son pouvoir
La vie moderne nous a déconnecté de la nature et de ses cycles que nous prenons pour des contraintes qu’il faudrait tenter d’esquiver, de nier ou de contrôler à tout prix : la lune, les saisons, vieillir, peuvent être plus que des éléments du décors de l’existence. En tenant compte de leur présence dans notre vie, on ne les subit plu. Ils deviennent, à l’inverse, de véritables alliés. Démonstration.

andnbsp;

Entrez dans la danse

La vie est mouvement et c’est un fantasme de penser qu’il est possible de figer certaines choses, malgré toutes les tentatives de domination de la nature entreprises par l’Homme. En tant qu’êtres humains, nous nous inscrivons dans ce mouvement, nous faisons partie de ce système. En particulier les femmes qui sont tributaires de leurs cycles menstruels. Une aubaine pour elles, puisque les menstruations leurs offrent un point de repère concret pour apprendre à écouter leur corps ! Les changements d’ordre mental, physique et émotionnel qui en découlent, plutôt que des variables déplaisantes à lisser à tout prix,  peuvent ainsi devenir des plus-values, en pointant les forces et les faiblesses de l’individu à ce moment-là. andnbsp;

Obstacles ou opportunités ?

Rien n’est constant, ni notre humeur, ni notre santé, ni notre intérêt pour une tâche, ni notre niveau d’énergie, ni…Pourtant, ce n’est pas le chaos non plus, on peut observer des lois qui se dégagent de ces cycles, en particulier chez les femmes dont les périodes sont plus évidentes à observer grâce aux menstruations. Bien sûr, chacune est différente et doit adapter ces règles à ses spécificités propres et à sa personnalité. Mais il est intéressant et amusant d’observer certains invariants qui semblent traverser les époques et les cultures. andnbsp;

Apprendre à s’écouter

Ces tendances, l’énergie qui vient et qui repart comme un souffle, ou comme une marée, a des conséquences sur notre vie quotidienne et ses exigences rigoureuses, mais aussi des répercussions avec une portée moins immédiate mais plus profonde si l’on n’y prend pas garde. Tenir compte des variations naturelles qui nous traversent représente ainsi une véritable opportunité pour prévoir les moments les plus adéquats pour effectuer certaines actions mais aussi en éviter d’autres. Par exemple, le seuil de tolérance à la douleur fluctue, mieux vaut prendre rendez-vous chez le dentiste quand il est plus élevé. Le besoin de sommeil également, qui est plus grand en hiver, ou pendant les menstruations. Idem pour la gestion de la glycémie. andnbsp;

Chercher les atouts

La phase prémenstruelle est généralement la plus parlante pour la femme moderne puisqu’elle est associée à une perte d’énergie et d’endurance physique et à une explosion des émotions et des passions, considérées l’une comme l’autre comme des facteurs diminuant la productivité. Pourtant, c’est aussi une période très propice à la création, l’extrapolation et l’imagination, ainsi qu’à l’évacuation des déchets. Ces phénomènes fonctionnent également au niveau symbolique : beaucoup de femmes s’attèlent à trier leur maison dans ces périodes-là de leur cycle sans même s’en apercevoir. La phase prémenstruelle est également une excellente période pour se mettre à la méditation, exercer son intuition et sa perception du monde. Des études* ont d’ailleurs démontré plus d’activité lente (delta) sur l’électroencéphalogramme de femmes souffrant du syndrome prémenstruel. andnbsp;

Naturel comme les bourgeons

Nous nous calquons naturellement sur le cycle de saisons : en ayant plus d’énergie l’été, et l’envie de se tourner vers le monde, ou en entrant dans une phase plus contemplative et intérieure l’hiver. Dans cette même optique, les bourgeons symbolisent le retour de la vie, la sève qui monte des arbres, la vigueur et l’énergie qui se redéploye. Leurs potentiels énergétique et vibratoire en font des alliés pour de nombreux soucis du quotidien C’est également la raison pour laquelle la gemmothérapie est avant tout intuitive : le nombre de gouttes, la période et le timing de cure est laissé à l’appréciation, dans une certaine mesure, de celui qui souhaite bénéficier de ses bienfaits. Nous encourageons pourtant l’avis d’un professionnel de la santé comme médiateur et conseiller, certains bourgeons devant faire l’objet de précautions particulières.

Une vision plus globale

Les cycles de la vie ne sont pas toujours en phase avec nos cycles personnels : nous pouvons avoir le cœur en hiver en plein été si nous subissons un deuil par exemple,  avec un besoin d’introspection et de repli sur soi qui n’entre pas en adéquation avec les énergies habituelles de la saison. De la même façon, l’état d’esprit lié à la période prémenstruelle cité plus haut peut habiter une femme plusieurs semaines d’affilée en fonction de son histoire de vie et des défis qui la traversent. Tout comme la nature, les cycles ne sont pas figés et dépendent de l’histoire de chacun et de mouvements plus globaux. En être conscient permet de ne pas générer de stress supplémentaires en luttant contre nature mais, au contraire, d’en tenir compte. Par exemple, la cure de sève de bouleau habituellement préconisée au printemps, moment où la sève monte dans les arbres, particulièrement propice à l’évacuation des toxines et au jeûne peut être suivie à d’autres moments de l’année, quand on arrête de fumer par exemple, ou après une rupture. andnbsp; Sources :

  • Le Femme optimale Miranda Gray Le Courrier du livre
  • « PMS, EEG and Photic Stimulation », 1977, Journal for Neurotherapy
  • Avec l'aimable participation de LauD'yssée des arts: http://laudysseedesarts.be/Ateliers%20collectifs/les%20cercles.html

Reading next

Une cure detox : pour quoi, pour qui ?

Une cure detox : pour quoi, pour qui ?

By Herbalgem la santé par les bourgeons

Lire l'article
FAQ

FAQ

By Herbalgem la santé par les bourgeons

Lire l'article

Leave a comment